Revenir en haut Aller en bas



 
N'oubliez pas de voter pour le forum ICI ! Les jeux de l'été sont de sortit tout comme les bikinis ! Si vous avez des questions, le staff est là pour y répondre, n'hésitez pas ! La partie invité est juste LA !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rencontre [@Siena]

 :: Rp's
Dim 30 Juin - 21:12
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Téléphone entre les doigts, je jette un dernier regard à mon écran avant de remettre celui-ci dans ma poche. Au même moment, le conducteur du taxi qui ma traîné jusqu'ici observe mon reflet dans son rétroviseur et m'annonce la sommes que je dois payer pour le règlement de la course. Sans discuter, j'attrape mon porte feuille et en tire quelques billets que je tends à l'homme qui a un fort accent étranger. Impossible pour moi de mettre un pays sur cette voix mais je dirais qu'il est russe ou originaire d'un pays qui s'en rapproche. Enfin, le détail n'est au final pas important et sans m'embêter à lui faire une remarque, j'abandonne le véhicule, attrapant au passage ma valise qui se trouve dans le coffre. Visiblement pressé, le conducteur passe rapidement la première et disparaît dans la circulation, me laissant seul face à cet imposant immeuble. Est-ce que je suis au bon endroit ? C'est en tout cas ce que j'espère et d'après le panneau indiquant la rue que j'ai repéré un peu plus tôt, oui je dois être à la bonne adresse. Quartier plutôt tranquille, joli bâtiment, pas de personnes étranges dans les rues malgré l'heure assez avancée. Non pour le coup je n'ai rien à dire sur cet endroit, sauf peut-être que j'ai déjà connu bien pire mais ça, je pense que c'est aussi le cas pour la plupart des gens. Ouais, la première impression est plutôt bonne et m'incite à avancer jusqu'à l'entrée de l'immeuble. Oui bon, même si l'impression était merdique ça n'aurait rien changé, je suis ici pour un job et je ne compte pas faire demi-tour. Mais, c'est tout de même agréable de tomber sur un endroit plutôt cool. Reste à voir si ma cible se révèle aussi sympathique que le coin et ça... j'ai de sérieux doutes. Non, je ne m'attends pas à tomber nez à nez avec une psychopathe mais de ce que j'ai pu comprendre en discutant avec son vieux, cette chère Siena à un caractère bien particulier. En plus de ne pas aimer l'idée d'avoir un garde du corps. Bah ouais, sinon c'est pas marrant...

Valide entre les doigts, j'observe une dernière fois l'immeuble et rejoint finalement l'entrée de ce dernier. Immédiatement, je suis surpris par l'état de la porte mais aussi la qualité de l'interphone. Signe que les habitants de cet endroit ne bossent pas dans le fast-food du coin. Pourtant ce détail ne les empêchent clairement pas d'être idiot, puisqu'au moment où je m’apprête à entrer. Un homme sort de l'immeuble, me tenant même la porte ouverte pour me faciliter la tache. On est d'accord que pour le côté sécurité, on est loin d'être au top. M'enfin, je laisse ça de côté pour le moment et après un petit signe de la tête pour remercier l'inconnu, je pénètre dans le bâtiment et me dirige immédiatement vers les ascenseurs. D'après mes informations, la jeune femme que je dois rencontrer habite au dernier étage et même si je suis sportif, pas question d'emprunter bêtement les escaliers. Le plus tranquillement du monde, je rejoins donc la porte en métal et presse le bouton qui se trouve juste à côté, attendant quelques instants que l'appareil arrive à destination. Une fois les portes ouvertes, je me glisse entre et appuie sur la touche du dernier étage avant de me retourner et prendre appuie contre la paroi de l'engin. Une fraction de seconde plus tard, les portes se ferment et une légère vibration m'indique que le cercueil de métal commence à grimper jusqu'au sommet de l'immeuble.

Lorsque les portes s'ouvrent à nouveau, je comprends bien vite qu'il n'y a qu'un seul appartement à cet étage et si je ne me trompe pas, il s'agit de celui où habite Siena. Si la belle gagne bien sa vie ? Ouais c'est en tout cas l'impression qu'elle me donne et si ce n'est pas le cas. Alors ça doit vouloir dire que son paternel s'occupe de tout. Et qu'il y a de fortes chances pour que je tombe sur une véritable peste... Cette idée ne me plaît pas. D'ailleurs, je grimace déjà alors que je quitte la cabine et me rapproche de la porte où je sonne à deux reprises.   

   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Dim 30 Juin - 23:00
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Je savais déjà qui était derrière la porte avant même qu'il ne toque. Je venais de terminer une conversation animée avec mon père qui m'informait qu'il avait trouvé un garde du corps pour remplacer Marleen. Elle était partie la veille et déjà il avait trouvé son remplaçant. A croire qu'il avait tout prévu. J'étais en colère bien sûr, indignée aussi qu'il ne me laisse même pas voix au chapitre. A l'époque où j'avais demandé que Marleen soit ma garde du corps, il avait protesté, m'avait même menacé de me couper les vivres si je n'obéissais pas. Bien sûr, j'avais tenu bon. Mon métier me permettait de bien gagner ma vie, suffisamment pour vivre aisément. Si il avait mis ses menaces à exécution, je n'aurais plus eu ni garde du corps, ni chauffeur particulier, ni appartement de luxe dans un immeuble sûr. Et là, c'était lui qui aurait été le plus malheureux de ne plus pouvoir me protéger comme il le voulait.
Il avait donc cédé. Puis Marleen avait décidé de partir pour rejoindre l'armée. Comme ça, du jour au lendemain, sans même me prévenir. J'avais une totale confiance en elle mais il semblerait que ce n'était pas réciproque. Son lit était encore défait de la veille, son odeur était encore sur les draps. J'avais demandé à la femme de ménage d'attendre un peu avant de tout nettoyer. Parce que son départ était trop brutale pour que je fasse comme si de rien n'était. Et accueillir un autre garde du corps avec le sourire était au dessus de mes forces.
Je bus une dernière gorgée du verre de vin que je m'étais servie en rentrant puis me levais pour ouvrir la porte. Je portais encore ma tenue de travail, à savoir une jupe crayon et un chemisier en soie. Si mon père ne m'avait pas prévenu de cette venue tardive, je serais déjà en sous-vêtements à l'heure qui l'était, la tenue que je préférais chez moi. Je ne savais pas à quoi ressemblait l'homme que mon père avait engagé. Je ne connaissais que son nom. Devano Rispens. C'était lui qui allait superviser les autres hommes chargés de ma protection. Il serait mon ombre aussi longtemps que Marleen serait absente. Si celle-ci revenait un jour.
J'éloignais cette pensée sordide en ouvrant la porte et restai un instant figée devant l'homme qui se tenait devant moi. Loin du cliché que j'aurais pu me faire des choix de mon père, Devano était jeune. Plus vieux que moi cela dit, mais pas de beaucoup. Quand son regard plongea dans le mien, je faillis m'y noyer. Bon sang il avait des yeux magnifiques. Ils avaient une profondeur particulière et semblaient avoir connu de nombreuses vies. "Devano Rispens je présume ?" Je n'attendais même pas qu'il acquiesce, personne ne montait jusqu'à mon étage sans avoir été à l'avance approuver par Georg, mon concierge. Je m'écartais de la porte puis lui fis un signe pour le laisser entrer. Je lui laissais également le soin de fermer derrière lui. Je retournais près du canapé pour prendre mon verre de vin et me resservis. Je n'avais pas soupirer d'exaspération en ouvrant la porte pour bien lui faire comprendre que sa présence me dérangeait. J'étais encore un peu surprise qu'il soit si.. beau. Mon père m'avait prise de court sur ce coup là. "J'imagine que mon père vous a fait un briefing complet ?" Par cela j'entendais le pourquoi d'une embauche aussi rapide et surtout sur ma façon de mener ma vie. Si ce n'était pas le cas, j'allais devoir le faire moi même. Je refusais de changer quoi que ce soit à ma vie à cause de lui. Je m'installais sur le canapé et posais mes pieds nus sur la table basse. "Faites comme chez vous, étant donné que vous allez emménager. Ma chambre est au fond du couloir. Celle de la femme que vous remplacez reste inoccupée le temps de son absence. Vous pouvez prendre une des trois autres. Ça m'est égal." concluais-je en sirotant mon verre tout en observant la peinture qui se trouvait au dessus de ma télévision.



   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 1 Juil - 10:18
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Debout devant la porte, il ne faut au final qu'une poignée de secondes pour qu'une personne s'approche de ma position. Bien que l'obstacle m'empêche encore d'avoir une vue sur la personne qui se rapproche, je n'ai aucun mal à entendre ses bruits de pas, tout comme le léger silence qui s'installe avant que le petit cliquetis ne m'indique que la porte est en train de s'ouvrir. Toujours droit dans mes pompes, je fixe la porte qui s'ouvre lentement, avant de finalement détourner mon attention de celle-ci. Pour la poser sur le visage de la jeune femme qui vient d'apparaître. Voilà donc la fille que je dois protéger ? Ou alors il s'agit de la femme de ménage ? Si cet idée peut un instant me traverser l'esprit, il me suffit d'observer sa tenue pour comprendre que ce n'est absolument pas le cas. Et comme pour confirmer mes pensées, la demoiselle fini par ouvrir la bouche, prouvant ainsi qu'elle était au courant de ma venu. D'un léger hochement de tête je lui indique alors que je suis bien la personne qu'elle attend. Ou qu'elle n'attend pas d'ailleurs puisque ma présence ne semble pas lui plaire plus que ça. Mais ce léger détail je n'y prête pas attention et comme je viens d'y être invité, je pénètre dans l'appartement. Rapidement, je découvre que celui-ci est comme tout le reste de l'immeuble à savoir très chic. Encore une fois, je brûle d'envie de laisser échapper une remarque au sujet de l'endroit. Mais mon côté pro m'incite à garder les lèvres scellées et à poursuivre ma progression et bien entendu ma petite séance de découverte. Une séance qui va me guidé jusqu'au salon où la propriétaire des lieux va s'installer, m'invitant même à faire la même chose. J'ai eu quelques infos oui. Au sujet de votre amour pour les personnes qui s'occupent de votre sécurité. Ouais, elle déteste qu'on la colle comme son ombre et je pense que je vais vite m'en rendre compte. Mais pour l'instant la hache de guerre n'a toujours pas été déterré et j'espère que ça restera comme ça le plus longtemps possible. Il y a d'autres choses que je dois savoir ? On ma dit que vous aimiez sortir mais je n'ai pas eu d'autres informations. Il y a un planning ? La personne qui était là avant moi avait des notes ou quelque chose du genre ? Moi qui aime quand les choses sont bien en place, j'avoue que là, la situation ne me plaît absolument pas. Par chance, la fille que je dois protéger est séduisante et même si ça na rien à voir avec la mission, c'est toujours plus plaisant pour les yeux que de devoir surveiller une vieille peau. Des règles sont déjà en place ? La personne qui assurez votre protection avait des habitudes ? Elle était toujours avec vous ou seulement dans certains cas ? Bien sûr ma méthode sera sûrement bien différente mais avant de tout mettre en place. Je souhaite tout de même obtenir un maximum d'informations sur les techniques que ma collègue avait pu mettre en place.

Déposant finalement ma valise à côté du canapé, je contourne ce dernier pour poursuivre ma petite exploration. Avant de bien vite reposer mon regard sur la jeune femme qui s'occupe avec son verre de vin. C'est une entrée en matière assez violente mais, j'aurais aussi besoin de savoir si vous avez un petit ami ou des fréquentations régulières. Je n'ai eu aucune informations à ce sujet et dans un sens c'est plutôt logique, je vois mal cette fille parler de ses plans cul à son paternel... pourtant, moi je vais bien avoir besoin de ces informations pour pouvoir agir en conséquence.   

   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mar 2 Juil - 17:19
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Je n'étais pas spécialement fatiguée, pas plus qu'un autre jour de travail du moins. Je ressentais néanmoins une lassitude depuis le départ de ma meilleure amie qui était difficile à gérer. Alors l'arrivée imprévue de Devano pour assurer ma protection, la discussion houleuse avec mon père et maintenant les différentes questions de mon garde du corps me donnaient envie de soupirer, de tout envoyer valser et de m'enfermer dans ma chambre. Ca paraîtrait comme une crise d'adolescente en colère mais vu que, même chez moi, je n'avais pas le droit de faire ce que je voulais, j'imaginais que la chambre était la seule solution. D'un autre côté, je pouvais comprendre la position de Devano. Il débarquait sans rien savoir de moi, sans avoir eu le temps de faire un briefing avec celle qu'il remplaçait et pour couronner le tout je lui montrais très peu d'intérêt. Mais même en sachant ça, je n'arrivais pas à passer outre mon humeur maussade. "C'est un euphémisme ça !" rétorquai-je en levant les yeux au ciel. Je ne voulais pas de protection ? C'était une évidence. Avais-je mon mot à dire dans l'histoire ? Pas du tout. Quand vous aviez un paranoïaque comme père, il était évident que le moindre de vos faits et gestes serait surveillé. J'aurais aimé continuer de boire mon verre tranquillement mais Devano me bombardait de question auxquelles je n'avais pas toujours de réponse. Marleen me connaissait par coeur, alors je n'étais pas certaine qu'elle ait tout notifié quelque part. Quoi qu'elle avait décidé de partir, elle devait donc se douter qu'on la remplacerait à un moment ou un autre. Je posais mon verre sur la table basse puis me levai et me dirigeai vers la chambre de ma meilleure amie. "Attendez là." donnai-je simplement comme consigne à Devano alors qu'il me voyait m'éloigner. J'allumais la lumière de la chambre mais me mis en pilotage automatique en cherchant tout ce qui pouvait ressembler à un dossier officiel. Je ne jetais pas un regard vers le lit où nous avions passé quelques nuits, ni à son armoire où certains vêtements étaient encore rangés. Je n'étais pas entrée dans cette pièce depuis son départ, je repérais assez vite ce qui semblait être des notes. Un dossier conséquent comprenant des photos, des annotations et tout un tas de trucs que je ne comprenais pas. Sans un regard en arrière, je refermais la chambre derrière moi, en inspirant profondément pour ne pas être submergée par l'émotion. Je rejoignis Devano au salon et lui tendis ma trouvaille. "J'imagine que vous trouverez tout ce qui est nécessaire de savoir là dedans. Bon courage pour tout lire."
Je me réinstallais dans le canapé, un pied sous mon corps et une main sur mon front pour tenter d'éloigner une migraine. Je n'avais quasiment rien mangé de la journée et à peine étais-je rentrée que je m'étais servie à boire. Pas de l'eau, évidemment. Mais au lieu de passer directement à l'alcool fort, je m'étais dit qu'un peu de vin passerait mieux. Je sentais toujours la présence de Devano près de moi. Il attendait sans doute d'autres réponses et je soupirais en fronçant les sourcils pour finalement ouvrir la bouche à nouveau. "Elle m'accompagnait partout, oui. Par contre elle n'interférait pas dans mon travail, restait discrète si je devais sortir et avoir des rendez-vous." Nous faisions tout ensemble mais pas parce qu'elle assurait ma sécurité : parce que nous étions amies. Je n'étais pas enchantée de devoir me faire escorter partout par un inconnu, qui plus est un homme. "C'est simple, contentez-vous de rester dans l'ombre et je n'irais pas me plaindre auprès de mon père. Quant à mes relations, je vous donnerais une liste de  mes fréquentations régulières. Vous pouvez aussi voir avec Georg, le concierge. Il sait qui il peut faire monter chez moi." Je restais volontairement assez évasive sur ces "relations" dont je parlais. J'incluais bien entendu mes amis dans la liste mais je n'avais pas confiance en lui pour lui faire l'étalage de ma vie amoureuse. Je n'avais pas envie qu'il fasse un rapport détaillé à mon père sitôt cette conversation terminée.


   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mar 2 Juil - 18:54
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Si je n'ai aucun mal à comprendre que je ne suis pas le bienvenue ici. J'ai en revanche beaucoup de mal à comprendre pourquoi cette fille déteste autant les gens qui sont la pour assurer sa protection. Certes je ne connais pas toute l'histoire mais si le père de cette demoiselle engage des types comme moi, ça veut bien dire qu'elle risque d'avoir des problèmes. Par conséquent, elle devrait plutôt être heureuse que des personnes s'occupent de sa sécurité. Enfin, je ne connais pas tout l'histoire c'est certain et j'espère qu'un jour je pourrais avoir plus d'informations à ce sujet. En attendant, je me contente de découvrir l'endroit et de prendre la température qui s'annonce glaciale pour les prochains jours. J'espère malgré tout que les choses vont bien ce passer. Ça sera plus simple pour vous comme pour moi. C'est vrai, je suis ici pour assurer la protection de cette femme, pas pour faire la guerre avec elle en plus de devoir surveiller les personnes qui s'en approchent. Mais ça, je pense qu'elle s'en moque pas mal. A ses yeux, je suis moi aussi un ennemi et elle n'a visiblement aucune envie de faire la paix avec les hommes envoyés par son père. Pourtant, la femme qui était à ma place semble avoir réussi à sympathiser avec elle puisqu'elle à sa propose chambre et malgré son départ, il semble interdit d'y pénétrer. Du moins, interdit pour moi, puisque de son côté, la demoiselle n'a aucun mal à y aller lorsqu'il s'agit de répondre ou plutôt d'éviter de répondre à l'une de mes questions.

Le temps de quelques instants, je me retrouve donc seul dans la pièce et profite de ce moment pour découvrir encore un peu mieux les lieux, en particulier la décoration qui souvent en dit beaucoup sur le propriétaire de l'endroit. Ici c'est plutôt simple et par chance, je ne déteste pas ça. J'espère juste que c'est aussi le cas pour la chambre que je vais occuper le temps de mon séjour ici. Puisque dans le cas contraire, rentrer pour dormir n'aura strictement rien d'agréable. J'aurais aussi besoin d'informations sur les personnes qui pourraient vous en vouloir, ainsi que sur les tentatives qui ont déjà eu lieu. Lançai-je d'une voix assez forte pour me faire entendre de la jeune femme. Avant d'observer celle-ci faire son retour et me tendre un bouquin. Mais ça peut attendre demain, j'aimerais juste régler quelques détails le plus rapidement possible. Comment ça je n'aime pas perdre de temps ? Ok, c'est vrai, il serait inutile de le cacher... j'espère juste que c'est un point commun que j'ai avec cette fille. Sinon encore une fois, notre cohabitation risque de me faire grogner.

Bouquin entre les mains, je commence à feuilleter rapidement ce dernier. Relevant ensuite les yeux en direction de Siena, comme pour lui faire comprendre que je veux des réponses. Un message que la belle arrive visiblement à comprendre puisque même si l'idée ne semble pas lui plaire, elle ouvre à nouveau la bouche. En faisant ça, elle me donne quelques infos intéressantes au sujet de la relation qu'elle pouvait avoir avec la personne que je remplace. Mais aussi sur un certain Georg qui doit être le concierge de l'immeuble et qui s'occupe aussi de filtrer les visites de la jeune femme. Dorénavant, Georg devra m'informer avant de laisser des personnes monter jusqu'à votre appartement. Du moins s'il ne s'agit pas de personnes en qui vous avez pleinement confiance. Cette façon de faire ne va pas plaire à mon interlocutrice. J'en suis conscient mais je m'en moque pas mal... si je suis ici c'est bien pour la protéger, pas pour sympathiser avec elle et me faire apprécier. Il y a d'autres personnes à votre service ici ? En plus de Georg ? Une femme de ménage ? Un prof de sport ? Un coiffeur ? En d'autres termes, est-ce qu'il y a des personnes sur qui je dois me renseigner le plus rapidement possible...   

   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mar 2 Juil - 19:41
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Marleen avait tout préparé. Le dossier que je venais de donner à Devano était suffisamment imposant pour que de nombreuses informations y soient répertoriées. Je n'avais pas tout vu étant donné que je venais de le découvrir et que je n'avais pas vraiment envie de plonger tête la première dans ma propre vie. Mais il y avait des photos, des listes, des indications, des plans de mes déplacements habituelles, les lieux que je fréquentais. Bref, ma vie. Malgré ce dossier, mon nouveau garde du corps ne semblait pas satisfait et continuait son interrogatoire. J'avais beau me répéter à chaque fois qu'il ne faisait que son travail, qu'il voulait être consciencieux et efficace rapidement, j'étais d'avantage exaspérée que reconnaissante. Si mon père n'avait pas des relations avec tous les bandits des entourages, je ne serais pas en danger. C'était son métier qui me pourrissait la vie depuis des années et qui avait causé la mort de ma mère. Je ne comprenais pas pourquoi il continuait sur cette voie. Il était déjà plus riche que Crésus, une vie ne suffirait pas à dépenser tout ce qu'il avait sur ses comptes. Alors à quoi bon ? Le pouvoir ! Ce satané pouvoir, qui transformait le meilleur des hommes en la plus vile créateur. Il pouvait m'expliquer pendant des heures ce que sa position lui offrait, les avantages, les droits. Quant à moi je ne voyais que les conséquences.
A commencer par mon manque de liberté. J'étais indépendante financièrement mais je devais tout de même vivre dans un appartement choisi par mon père, avec un service de sécurité qu'il a imposé. Heureusement pour moi, il n'avait pas interféré dans mon métier. Ç’aurait été la limite à ne pas franchir et il le savait.
"Ecoutez.. Devano, c'est ça ?" commençai-je quand le trop plein de questions me bouffa le peu de patience qu'il me restait. Je me tournais vers lui sans pour autant me lever du canapé. "Je n'ai rien contre vous, je sais que vous faites votre job, mais je ne vous connais pas. Mon père vous a choisi, pas moi. Je suis obligée de faire avec mais ce n'est pas pour autant que je vais vous faire confiance." Ça avait au moins le mérite d'être clair et franc. "Je ne veux pas être désagréable mais j'ai passé une mauvaise journée et j'aimerais juste être au calme chez moi. Je suis sûre qu'on peut reporter cet interrogatoire à plus tard."
Je me levais finalement. La soirée était déjà entamée, pas suffisamment pour que ce soit le moment de dormir mais j'étais tellement à bout que je ferais sans doute mieux d'aller me coucher. Je savais que le départ de Marleen m'affecterait mais pas à ce point. Elle était partie, ce n'était pas comme si elle était morte elle aussi. N'empêche que le sentiment d'abandon était là. "Choisissez votre chambre, décorez là comme vous le voulez, emmenez les femmes que vous voulez, je m'en moque. Du moment que vous respectez ma vie privée autant que possible. C'est clair ?" De près, je pouvais à nouveau constater à quel point il était attirant. Sauf que même la beauté ne me ferait pas sourire ce soir. Je passais une main dans mes cheveux détachés. "On peut reprendre cette conversation demain avant que j'aille travailler ? Je me lève à 7 heures et pars à 8 heures. Je pense pouvoir vous caser dans ce créneau." Je laissais mon verre de vin en place, la femme de ménage le nettoierait demain dans la journée. Quant à moi, je me dirigeais dans le couloir qui menait aux différentes chambres. La mienne se trouvait au bout du couloir. C'était la plus grande, une salle de bain y était reliée ainsi qu'un grand dressing. Le seul endroit dans mon appartement que je pouvais qualifier de "chez moi" puisque personne n'y était autorisé en dehors de Marleen et la femme de ménage. J'espérais juste que Devano avait compris cette subtilité, bien que cela paraisse logique. Ce serait vraiment dommage qu'il soit viré parce qu'il m'aurait surprise à poil sur mon lit. Car c'était bien la prochaine étape. Atteindre ma chambre, ôter mes vêtements, prendre une douche bien chaude puis m'effondrer sur le lit. Allais-je trouver le sommeil ? Rien n'était moins sûr. Je me réveillais plusieurs fois par nuit et en général, j'appelais Marleen pour qu'elle dorme avec moi quand je ne me sentais pas en sécurité. Maintenant qu'elle n'était plus là, je n'allais tout de même pas faire de même avec le nouveau venu !


   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 3 Juil - 11:33
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Au final, il n'aura pas fallu attendre bien longtemps pour que les premiers problèmes fassent leur apparitions. Quelques minutes seulement, quelques minutes et quelques questions. Pas besoin de plus pour faire perdre patience à mon interlocutrice qui s'empresse de me faire un speech sur mon rôle, mais aussi sur l'état dans lequel elle se trouve. Elle est fatiguée, elle ne veut pas s'embêter avec ça tout de suite. Des explications que j'enregistre et que je comprends plus ou moins même si je ne montre rien. Non, je continue de l'observer, détaillant sans la moindre gêne son comportement sans pour autant donner l'impression que je suis en train de la juger. Est-ce le cas ? Peut-être un peu oui, après tout, pour pouvoir la protéger de la meilleure façon possible, il faut aussi que j'arrive à la connaître. Au moins un minimum histoire de repérer quelques signaux qui pourrait m'aider à agir ou réagir en conséquence. De son coté en tout cas, la jeune femme semble bien se moquer des signaux qu'elle peut envoyer. Elle veut juste me faire comprendre que je la fait chier avec toutes mes questions et que si je souhaite obtenir des informations, c'est dans le livre que je trouverais mon bonheur. Bien entendu, le comportement de la brunette ne me plaît pas, mais mon rôle ne me permet pas de réagir à ça, du moins pas pour le moment. Alors je me limite à un simple hochement de tête histoire de passer à autre chose. On parlera de tout ça plus tard mais le plus vite sera le mieux, aussi bien pour vous comme pour moi. Restant debout à côté du canapé, j'observe cette fois mon interlocutrice abandonner son canapé et se rapproche de ma position. Mon regard se baisse alors pour pouvoir continuer d'observer son visage. Tandis qu'elle reprend la parole, me demandant cette fois de respecter sa vie privée. Logique dans un sens, même si malheureusement je vais avoir de mal à réaliser cette demande. Non, je ne vais pas passer mon temps à l'espionner c'est certain mais, je vais tout de même devoir intervenir lors de certains cas, je suis payer pour ça après tout... Je vais faire au mieux. Répondis-je simplement, ne pouvant de toute façon pas lui offrir une réponse plus clair et surtout plus réaliste. Que ça lui plaise ou non, elle va devoir me révéler certaines choses pour que je puisse faire mon boulot de la meilleure des façon. J'espère juste qu'elle comprendra ça et que tout ce passera bien, dans le cas contraire, les journées risquent d'être longues.

D'un nouveau petit signe de la tête, je réponds encore une fois positivement aux nouvelles paroles de la propriétaire, avant de laisser cette dernière s'éloigne de ma position. La croiser avant son départ pour pouvoir reprendre cette conversation. Oui, aucun problème avec ça, je serais debout prêt à la questionner, même si de son côté j'ai un sérieux doute sur le fait qu'elle soit cette fois prête à me donner des réponses. Pourtant, je n'ajoute rien et me contente de la regarder s'éloigner, jusqu'à finalement sortir de mon champ de vision. A présent seul dans le salon, je regarde rapidement autour de moi, puis récupère ma valise, prenant cette fois la direction d'une des chambres. Pour le reste de la visite ? Hum... je pense que je vais aussi devoir attendre demain ou alors me débrouiller seul. Dans tout les cas, je n'aurais aucune autre informations ce soir et c'est peut-être mieux comme ça.

Bien que je ne connaisse pas l'endroit, je n'ai au final aucun mal à trouver l'une des fameuses chambres. Ne sachant pas s'il s'agit de la meilleure ou non, je dépose rapidement mes affaires sur le lit et m'installe sur le bord pour reporter mon attention sur le bouquin que j'ai reçu un peu plus tôt. Est-ce que ces pages vont donner des réponses à toutes mes questions ? C'est en tout cas ce que j'espère, même si au final rien ne vaut une bonne discussion avec la personne que je dois protéger. Discussion que j'aurais peut-être dans quelques heures. En attendant, c'est bien ce bout de papier qui va devenir mon meilleur ami.   

   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 3 Juil - 17:17
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
"Bien !" répondis-je sans me me retourner dans le couloir. La conversation était mise sur pause jusqu'au lendemain. J'aurais une nuit de sommeil derrière moi et j'espérais être de meilleure humeur une fois reposée. Je fermais la porte de ma chambre sans pousser jusqu'à tirer le verrou. Il n'entrerait pas de toute manière, sauf si je me mettais à crier bien entendu. Et dans ce cas là, un verrou serait vraiment emmerdant. Je lâchais un nouveau soupir, plus long cette fois. Je sentais une tension sur mes épaules comme si je portais un sac de vingt kilos sur le dos, sans parler de mon estomac qui était noué. J'avais aussi envie de me laisser aller à mon chagrin mais au lieu d'écouter mon corps, je secouais la tête pour me reprendre et me rendis dans la douche.

"Marleen ? Marleen !" Il devait être le milieu de la nuit quand je me réveillais en sueur. Le cauchemar que je venais de faire était déjà loin dans ma mémoire, mais je m'étais entendue appeler ma meilleure amie. Comme souvent quand je me sentais perdue, triste ou juste seule. Mais personne ne répondrait plus à mes appels dorénavant. Il allait bien falloir que je m'y fasse mais cette affirmation me faisait toujours un coup au coeur. L'heure sur mon téléphone indiquait 3h15 du matin. Bien trop tôt pour aller travailler mais pour autant j'étais incapable de me rendormir. Alors au lieu de rester dans mon lit, je me levais pour me faire un thé. J'enfilais à la hâte un déshabillé fleuri au dessus de mes sous-vêtements, au cas où j'aurais froid. Je ne le fermais pas pour autant et sortis de ma chambre pied nu, la main dans mes cheveux emmêlés. Mes yeux étaient encore un peu ensommeillés mais ça ne les empêchaient pas de s'écarquiller quand ils tombèrent sur Devano torse nu en train de s'affairer dans la cuisine. De ma chambre, je n'entendais jamais si il y avait quelqu'un dans les pièces de vie, sinon j'aurais anticipé. Je refermais rapidement mon déshabillé, pas suffisamment cependant puisque je sentis le regard de Devano sur moi. En même temps, je ne me privais pas non plus pour le reluquer. Ses abdominaux étaient là pour être matés non ? J'en oubliais presque pourquoi j'étais venue dans la cuisine. "Rassurez moi, vous êtes debout en pleine nuit à cause d'une insomnie. Pas du boulot ?" demandai-je en le frôlant pour me chercher un tasse dans le placard. Je remplis la bouilloire d'eau puis attendis qu'elle chauffe en me tournant pour lui faire face. "La chambre vous convient ?"



   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 3 Juil - 17:51
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Dormir... comment quelque chose d'aussi simple peut devenir si compliqué à réaliser ? Ah si j'avais la réponse à cette question, il y a bien longtemps que je n'aurais plus de problèmes pour fermer les yeux. Mais voilà, cette réponse je n'ai pas la chance de la connaître et contrairement à certains, je refuse de mettre le nez dans les somnifères. Non, j'ai déjà assez de soucis avec les anti-douleurs, impossible pour moi de rajouter des médocs pour dormir. D'autant plus qu'ils m'empêcheraient de faire mon boulot correctement. Alors ouais, il y a aussi la méditation ou ce genre de conneries et après plusieurs tests, je peux dire que ça ne fonctionne absolument pas sur moi. Donc non, je n'ai pas vraiment d'autres choix que de vivre avec ces cauchemars qui viennent perturber mes nuits. M'obligeant bien souvent à abandonner mon lit pour aller trouver une occupation histoire de tenir les dernières heures jusqu'au levé du soleil. Parfois j'ai un peu plus de chance et j'arrive à me rendormir rapidement. Malheureusement, ce n'est pas le cas ce soir. Puisque ça fait déjà plusieurs longues minutes que je suis dans cette cuisine à feuilleter ce bouquin sur la vie ou plutôt les activités de Siena. Comme je pouvais m'en douter, j'ai des tas de choses à apprendre, des noms à retenir, des endroits à connaître. Bref, mon boulot s'annonce vraiment compliqué, d'autant plus que cette fille que je dois protéger, n'a visiblement pas envie de me faciliter les choses. Et comme-ci le destin avait envie de jouer avec moi. C'est en terminant un petit résumé sur une journée shopping ou Marleen à accompagnée Siena que cette dernière fait son apparition dans la cuisine. Levant les yeux vers elle, je remarque alors sa tenue et me perd même quelques instants devant ce corps qui doit en faire jalouser plus d'une. Avant de finalement reporter mon attention sur le bouquin que j'ai abandonné quelques instants plus tôt. Un peu des deux je dirais. Finalement, je ferme le livre et le pousse un peu plus loin, reportant par la même occasion mon attention sur la brunette. Quitte à ne pas dormir, autant m'avancer un peu. Accompagnant toujours la jeune femme du regard, je récupère le verre d'eau que j'ai poser un peu plus loin et le porte jusqu'à mes lèvres. La chambre est très bien oui. Lentement, je prends une gorgée du liquide, reposant ensuite le verre juste à côté du document fait par l'ancienne garde. Et vous, qu'est-ce qui vous empêche de dormir ? Secrètement, j'espère ne pas être à l'origine de cette insomnie... jusqu'à maintenant je n'ai pas eu l'impression de faire beaucoup de bruit en me traînant jusqu'ici mais soudainement, le doute commence à envahir mon esprit. Même si une partie de moi pense que la demoiselle serait d'une autre humeur si j'étais la cause de son manque de sommeil.   

   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Mer 3 Juil - 20:14
♛ La Rencontre
Every time when I look in the mirror all these lines on my face getting clearer. The past is gone, it went by, like dusk to dawn. Isn't that the way everybody's got the dues in life to pay ? I know nobody knows where it comes and where it goes. I know it's everybody sin, You got to lose to know how to win.

   
▼▲▼

   
Ma surprise de ne pas être dans la cuisine passée, je poursuivis mes occupations comme si j'étais seule. J'étais chez moi après tout. Ce n'était pas parce qu'il y avait un beau mec à moitié à poil devant ma table de cuisine que je devais tourner les talons et m'en retourner dans ma chambre. J'essayerais juste de rester discrète quand j'admirerais son torse et ses abdominaux. Je pourrais toujours lui faire croire qu'en réalité j'observais ses tatouages sur le bras, s'il me faisait une quelconque remarque. Quoi que j'espérais qu'il n'en fasse rien. Il restait mon garde du corps et parler de nos corps respectifs dévêtus serait un peu.. déplacé, non ? "Une chose est sûre, vous vous impliquez." Il m'était déjà arrivé de naviguer sur internet en pleine nuit pour rechercher des oeuvres d'art pour mes clients du moment, lorsque l'insomnie ne me laissait pas tranquille. Donc je savais ce que c'était d'avoir un métier passionnant. Mais j'avais du mal à croire que de lire des informations sur mes faits et gestes étaient réellement un plaisir. Je choisis un sachet de thé que je mis dans ma tasse avant de le remplir d'eau bouillante. "Il y a d'autres façons de s'occuper quand on n'arrive pas à dormir..." Il pouvait lire, regarder la télé, rester dans le lit à compter les minutes, cogiter... sur le coup, je ne me rendis pas compte que mes paroles pouvaient être mal interprétées. Le rouge me monta aux joues quand je le réalisai et j'en profitais pour jeter mon sachet de thé pour masquer ma gêne.
Il finit par me retourner la question sur l'insomnie. Je n'avais pas honte de parler de mes cauchemars, je ne voulais juste pas entrer dans les détails avec lui. Je considérais mes rêves comme intimes, privés, je ne me voyais pas en parler avec n'importe qui. "Mauvais rêve. Rien d'inhabituel." Je pris ma tasse dans mes mains et appréciais la chaleur qui s'en dégageait. Il ne faisait pas froid à cette période de l'année mais la clim permettait de garder une température constamment stable à l'intérieur. Je m'approchais de lui et posais les yeux sur la page qu'il était en train de lire. C'était une liste de mes lieux favoris. Entre le coiffeur, la salle de sport, le boulot, mes restaurants boutiques préférés, il y avait pas moins de trente lieux différents. "Vous allez arriver à retenir tout ça ?" demandai-je, sérieusement intriguée. Pour Marleen ça avait été simple puisqu'elle s'était installée avec moi dans cet appartement et avait fini par connaître chaque lieu au fur et à mesure qu'on les découvrait. Pour Devano, la tâche serait plus compliquée, surtout si il n'habitait pas la capitale à la base.



   
CODAGE PAR AMATIS

   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Page 1 sur 1
Sauter vers: