Revenir en haut Aller en bas



 
N'oubliez pas de voter pour le forum ICI ! Les jeux de l'été sont de sortit tout comme les bikinis ! Si vous avez des questions, le staff est là pour y répondre, n'hésitez pas ! La partie invité est juste LA !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Put your arms around my neck...~ ft Caïn

 :: Rp's
Lun 3 Juin - 11:34
Put your arms around my neck...
Caïn & Héra

 
« Skin on my skin. What a wonderful Sin. Take your breath. But you're asking for more. »
La jeune Australienne était arrivée en septembre à Amsterdam. La destination n'avait pas été un pur hasard. Quand elle était encore en Australie, elle travaillait pour la branche du Red Hell's qui s'y était installer. Il s'agissait finalement d'un transfert, ayant besoin de s'éloigner de tout ce qui avait été sa vie auparavant. Elle s'était inscrite dans une université pour poursuivre ses études de littérature. Les premiers temps avaient été les plus difficiles. C'était normal d'avoir le mal du pays, de ne pas se sentir à sa place alors qu'elle était en territoire inconnue, une parfaite étrangère. Le sentiment de manque s'était atténué au fil des semaines et des mois. Elle regrettait pourtant les plages de Byron Bay, le surf qu'elle pratiquait depuis son plus jeune âge, le sable chaud et le soleil brûlant qui caressait sa peau. La jeune blonde avait d'autres passions qui consacraient ses temps libres, comme la lecture ou l'écriture. Et puis la jeune femme s'était intégrée, s'était fait quelques amis parmi les étudiants de son cursus. On l'invitait parfois à sortir, mais Héra refusait, prétextant qu'elle travaillait tard le soir. Il y avait un fond de vérité dans ses mot, seulement ce que l'Australienne ne disait pas, c'est qu'elle était prostituée au sein d'un prestigieux établissement dans le quartier rouge, le Red Hell's. Un paradis dédié à la luxure.

Après sa journée de cours, la jeune étudiante rentrait chez elle, à quelques pas du Red Hell's. Elle travaillait ses cours, étudiait ses leçons, préparait ses dossiers avant de se préparer à sa soirée. Elle se voulait coquette et désirable. C'était ce qu'on demandait d'elle. D'être belle et jolie. Seulement, le Red Hell's recrutait des filles intelligentes et cultivées. Certains clients ne touchaient jamais les filles, passant la soirée en charmante compagnie pour converser sur différents sujets. Des gens qui parfois avaient envie d'être écoutés par des filles qui ne les jugeraient pas, qui pourraient les comprendre. Héra n'était pas psychologue mais elle avait comme qualité d'être attentionnée et à l'écoute et on appréciait son empathie. La jeune blonde rangea donc ses affaires de cours avant d'aller dans sa salle de bain. Elle se glissa sous la douche, un filet d'eau chaude coulant sur sa peau nue. Elle savonna son corps, avant de se rincer, restant quelques minutes pensive avant de couper l'eau. Elle attrapa sa serviette et essuya son corps humide avant de la nouer autour de sa taille pour se rendre dans sa chambre où elle s'habilla. Ce soir, elle serait sobre avec une fine lingerie noire sous une robe noire, légère et élégante. Elle ne manquait pas de tenues et de fines lingeries toutes aussi belles et mettant en valeur ses courbes sensuelles.

La jeune Australienne regarda autour d'elle. Il y avait quelques clients au bar. Des jeunes filles en tenue légères passaient entre les tables sous le regard d'homme sirotant leurs verres. Certains clients ne tarderaient pas à monter en charmante compagnie d'une fille d'Aphrodite. La blonde n'avait pas encore de client. Elle s'approcha du bar, laissant courir ses doigts sur le comptoir. Son regard s'était posé sur un homme qui sortait du lot par son allure, par son physique. Elle glissa quelques mots à la jeune femme derrière le bar, mettant la commande sur sa note personnelle. La serveuse apporta un verre à l'homme, sans doute surpris par cette attention, avant de lui confier qu'il lui était offert par la blonde qui s'avançait à pas chaloupés pour prendre place près de lui, l'occasion de le détailler un peu plus et de savoir ce qu'un homme comme lui faisait seul, sans la moindre compagnie et le verre vide.


- Bonsoir. J'espère que ma présence ne vous importe pas.

Minaude t'elle doucement, posant son regard sur le visage de l'homme, une pointe de curiosité la titillant. Mais la curiosité était un vilain défaut.

- C'est un crime de vous laisser avec un verre vide.

Dit-elle doucement, un fin sourire étirant ses lèvres. Héra avait toujours eu plus de mal à aborder un homme. C'était plus simple quand ils faisaient le premier pas, mais parfois, il fallait tenter sa chance et peut-être qu'elle ne regretterait pas de l'avoir fait ce soir.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 6 Juin - 23:31
  • ; color:white;">Héra
  • ; color:white;">Cain
PUT YOUR ARMS AROUND MY NECK...

Se vider la tête est une chose. Ce bar me le permet. Se faire désirer en est une autre. Et c’est exactement ce que je fais en buvant seul, dans mon coin. On ne me désire pas pour ce que je suis ou ce que je pense. On me désire pour mon fric, à n’en pas douter. Mais mon attitude peut attirer le regard comme pousser ces gens à me fuir. Ils veulent chercher à en savoir plus d’une manière ou d’une autre, et tente de se donner assez de courage pour m’aborder. Mais aucun ne le fait. Et au moins, on ne me rejette pas. Je ne laisse à personne ce plaisir.

Un verre se pose devant moi. Mes yeux se relèvent vers la serveuse qui me désigne une femme. Cette dernière s’approche de moi et me salue. Je réponds d’un haussement d’épaule à la suite de sa phrase. Je me permets même un sourire à sa phrase suivante. " C’est gentil, mais je ne cherche pas la charité. Par contre c’est un crime de me laisser boire seul. " Ainsi, patiemment, j’attends que la serveuse nous regarde, ce qui ne tarde pas il faut l’admettre. Je lui fais signe. " Donnez à cette demoiselle ce qu’elle veut. Je lui offre. " Je détournes de nouveau les yeux vers elle et souffle alors " Je n’aime pas les dettes. Elle est effacée ainsi. "

J’attrape le verre qu’elle m’a offert et en boit une gorgée. La galanterie ? Très peu pour moi. J’ai soif malgré tout. " Et qu’est-ce-qu’une demoiselle telle que vous trouves à un pilier de bar comme moi ? " J’aime jouer avec le feu. Lui demander une raison à sa venue, c’est ma façon de lui faire comprendre que je connais son véritable motif : le pognon.
Cain.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Ven 7 Juin - 1:34
Put your arms around my neck...
Caïn & Héra

 
« Skin on my skin. What a wonderful Sin. Take your breath. But you're asking for more. »
Il y avait beaucoup d'hommes. Comme chaque soir. Les gens venaient seuls ou en groupe, pour partager la compagnie des filles de joie, pour obtenir un peu de chaleur humaine. D'autres venaient pour briser la solitude, sans forcément finir par monter à l'étage en compagnie d'une douce créature. Nombreuses étaient les raisons de venir entre ces murs, dans ce lieu dédié à la luxure et au plaisir. Ce soir, Héra n'avait offert sa compagnie à aucun homme. Pourtant, il y a bien un homme à qui elle va l'offrir. Cet homme qui semble en manquer. Son regard se pose finalement sur lui, au comptoir du bar. Il est différent. Son regard ne jongle pas sur les filles qui passent et se croisent, apportant commandes et boissons sur les tables, le regard lourd de désir coulant sur leurs hanches. Quelque chose l'amène à se joindre à lui. Elle ne sait pas encore quoi. Héra n'est pas une habituée des bars, pourtant, il est loin de ressembler à un pilier de bar qui coule dans la boisson jusqu'à la totale ivresse. Son regard se poser sur cet inconnu. Ce n'est pas un regard de dépit, de mépris. C'est un regard de curiosité qu'elle lui porte. Une curiosité qui la pousse à lui offrir un verre, une manière indirecte de se présenter à lui et de converser. Elle n'a pas d'arrière-pensée. Pas de plan. Elle n'est pas particulièrement douée pour aborder. Surtout quand on s'habitue à l'inverse. C'est toujours pus simple d'être aborder par un homme, de le laisser prendre les rennes de la conversation.

La barmaid pose un nouveau verre devant l'homme. La jeune femme au comptoir désigne la jeune Australienne qui s'approche, s'installant auprès de cet inconnu. Ce dernier lui répond par un haussement d'épaule. Il aurait pu la rejeter, lui dire de ne pas l'importuner, alors sans doute que sa présence ne lui était pas pénible. Un sourire se dessine sur ses lèvres.

- Et ce n'est pas ce que je vous offre. Simplement un peu de compagnie...

Elle ne faisait pas la charité. Il n'était pas ce genre d'homme. Il n'inspirait pas la pitié. Au contraire, il dégageait quelque chose. Il avait une certaine fierté. Un maintien bien particulier. Une façon de se tenir qui lui rappelait un parent proche.

- En effet.

Ponctue t'elle alors qu'un léger sourire étirait ses fines lèvres. Il lui offrait un verre à son tour. Non par galanterie, mais pour effacer une dette qu'il n'avait pas contracté. Il ne lui devait rien. C'était un simple verre. Cela ne changeait pas grand chose désormais. La jeune femme la regardant, attendant qu'elle passe sa commande.

- Une Foster pour moi, s'il te plaît.

Dit-elle en lui adressant un sourire, avant que la jeune femme ne lui pose le verre devant elle et la remercie. Elle reporte son attention sur l'homme à ses côtés, se mordant la lèvre inférieure quand il lui parle de dettes qu'il voulait effacer.

- Vous n'aviez aucune dette envers moi. Vous ne me deviez rien...

Elle ne savait pas comment l'appeler. Il ne s'était pas vraiment présenter. Elle non plus d'ailleurs. L'homme prend le verre, buvant une gorgée.

- A la vôtre.

Elle prend le verre offert par l'homme, trempant doucement ses lèvres dans le liquide ambré qui coule lentement dans sa gorge.

- De la compagnie. Mais je doute que vous soyez exactement un pilier de bar. Vous êtes bien là pour une autre raison. Vous ne regardez pas les filles qui passent, alors ce n'est sûrement pas la même raison que la plupart des autres gens. Eux finissent la soirée dans les bras d'une demoiselle. Or vous, vous êtes ici, seul. J'avoue qu'il y a un fond de curiosité.

Avoue t'elle finalement, sans en dire plus.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 20 Juin - 7:43

ft. Héra S. Griffin

PUT YOUR ARMS AROUND MY NECK...

Les choses sont claires, elle ne m’offre pas sa pitié, ou sa charité, ou quelconque autre foutaise que ressentent les gens en voyant un type boire dans son coin, seul. Jamais je n’accepterai ça. Elle m’offre dans la compagnie à la place… J’arque un sourcil. J’ai envie de lui demander en quoi c’est mieux, mais je me retiens de lui demander. Il ne faudrait pas que je la fasse fuir dès les premières secondes. Je la regarde commander sa boisson que je lui offre, effaçant ainsi cette « dette » mais surtout l’entraînant avec moi dans cette spirale de boisson. Si elle m’offre un verre, elle doit pouvoir en prendre un également. Mais un Foster… C’est quoi encore ce truc ? Je fixe son verre lorsqu’il arrive tenter d’en deviner le contenu.

Ça m’a tout l’air d’être une bière. Elle n’a pas l’air grandement teintée, elle ne doit pas être bien forte Je lève mon verre pour trinquer avec elle et reprends " A la vôtre, belle inconnue à la boisson d’origine tout autant inconnue. Je m’appelle Cain. " Ouaip. Elle a gagné ce droit de savoir mon prénom. Je porte mon breuvage à mes lèvres et en boit une gorgée avant de le reposer face à moi. Je m’enquis de savoir ce que je peux lui offrir et la réponse est directe. Elle veut de la compagnie. Et vu celle que recherchent les autres types ici, elle veut de la compagnie plus psychique que physique. Ça me va. Ça fait un bout que je n’ai pas échangé quelques mots avec une femme. Encore moins une qui boit de la Foster.

Dans le mille. Mon petit jeu du sauvage dans son coin a fonctionné. Même si ce n’est pas à proprement parlé un jeu, au moins ça a attiré son attention. La curiosité. Voici ce qui l’attire au final. Je me racle la gorge et plante mon regard dans le sien " Je suis navré si vous cherchez à résoudre un mystère, je suis tout ce qu’il y a de plus simple. Je suis juste un gars qui aime venir boire un coup après une journée de merde et lorsqu’il n’a pas envie de se retrouver seul chez lui en compagnie de son malinois. Je suis juste un type qui recherche un peu de compagnie mais ne veut pas s’entourer de n’importe qui. Seulement, je n’ai pas envie de merder encore dans un choix et préfère laisser venir à moi celle qui le veut. Parce que bordel… On est dans un foutu pays libre. Et si ces porcs aiment à choisir parmi vous pour votre corps, alors ils n’ont rien pigés… " dis-je en désignant quelques types derrière, littéralement en train de saliver sur des visions de décolletés.

Je me recentre sur le visage de mon interlocutrice. Ses traits sont fins et doux. Elle a l’air tellement innocente et travaille dans ce lieu de péché. Son regard a l’air de ne pas avoir vu grand-chose et pourtant je sais qu’elle a sans doute dû bourlinguer pour atterrir dans un endroit pareil. Si ce n’est en voyageant, son expérience a dû être remplie d’émotion forte. Je souffle de ces mots " J’suis comme ces types. Je cherche de la compagnie, mais je la laisse venir à moi. Je n’en sais rien où l’on sera dans quelques heures, je vous laisse aussi ce choix. D’ailleurs… Tu peux me tutoyer, ce sera plus simple, je pense. "

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Lun 24 Juin - 0:52
Put your arms around my neck...
Caïn & Héra

 
« Skin on my skin. What a wonderful Sin. Take your breath. But you're asking for more. »
La jeune courtisane n'offrait pas sa pitié à l'homme assis à ses côtés. Seulement de la compagnie. La pitié se lisait dans le regard. Et dans son regard, ne brillait pas une once de pitié. Elle avait simplement vu cet homme au bar, seul comme elle, alors elle l'avait rejoint, lui offrant un verre. La solitude passait mieux à deux. Pourtant, il y avait un brin de curiosité dans son regard pétillant. Une interrogation sur ce qu'un homme venait faire seul au Red Hell's si ce n'était pas pour les services de l'établissement. Il n'était pas comme tous ces hommes attablés, sirotant leurs boissons en suivant du regard les filles qui circulaient entre les tables dans des tenues légères. Quand elle le regardait, elle voyait bien qu'il était homme à ne pas supporter la pitié des gens ou inspirer cette pitié. Il y avait de la fierté qui brûlait dans son regard. D'autres choses y brûlaient, sans qu'elle ne puisse mettre un mot sur ces émotions et sentiments. Elle ne connaissait pas cet homme. Pas même son prénom. Il ne voulait rien devoir à personne. Il ne voulait rien lui devoir, alors lui offrit un verre. Elle, ne considérait pas qu'il y avait une histoire de dettes, mais elle acceptait. Il avait raison. C'était un crime de le laisser boire seul. Elle commanda une bière de chez elle. Une Foster. C'était ce que buvait son père. Ça lui rappelait les bons souvenirs, les barbecues, les moments passés en famille et avec les amis. L'Australie lui manquerait toujours. Ses plages, son sable chaud, le surf. La serveuse pose son verre devant elle avant de la remercier et d'y tremper ses lèvres, prenant une petite gorgée de la boisson à la couleur ambrée après avoir trinquer avec l'homme. La jeune étudiante esquisse un sourire à ces mots, alors que ses joues se teintent d'une douce couleur rougeâtre.

- Merci. C'est une boisson de chez moi. Enchantée, je m'appelle Héra.

Dit-elle en le regardant avec un sourire dessiné sur ses fines lippes. Les présentations étaient faites. C'était un prénom original et elle ne connaissait aucun autre Caïn à ce jour. Caïn, un personnage biblique et présumé premier meurtrier de l'histoire du monde. Du moins, selon ce même ouvrage.

Elle n'aimait pas la solitude. Elle était venue à lui car il était seul. Elle, n'avait pas de clients. Ce soir, n'importe qui aurait pu l'avoir, sans même passer par elle. Elle avait bien senti les regards se poser sur elle en venant au comptoir. Elle n'y avait pas prêter attention, habituée. Il y avait de tous les genres d'hommes dans ce bar. Des clients généreux et doux, et d'autres plus impulsifs qui suivaient leurs pulsions. L'homme sortait du lot, avait attiré son attention, se démarquant de tous les autres. Elle l'écouta, son regard plongé dans le sien et glissant une mèche de ses cheveux derrière sa nuque. Elle suivit son regard, sans le couper avant de se replonger dans son regard, le laissant continuer, l'invitant à le tutoyer.

- C'est vrai. Peut-être qu'on sera toujours ici dans ce bar à discuter. Peut-être qu'on sera repartis de notre côté. Où peut-être qu'on sera à l'étage... Mais avant, on pourrait certainement apprendre à se connaître, discuter un peu.

Dit-elle doucement avant de prendre une deuxième gorgée de sa boisson. Elle avait bien une idée en tête, selon la manière dont réagirait le dénommé Caïn.

- Votre journée a été si désagréable que ça ? Je ne veux pas être indiscrète. Loin de moi cette idée.

Finit-elle par dire. Elle aurait pu demander autre chose, s'accrocher à un autre détail mentionné par l'homme, mais elle était curieuse de savoir ce qu'il faisait dans la vie. Elle l'imaginait manuel.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Sam 29 Juin - 8:47

ft. Héra S. Griffin

PUT YOUR ARMS AROUND MY NECK...

Boisson de chez elle, hein ? Curieux… Qui quitterait son propre pays pour en ressentir une grande nostalgie au point de s’attacher même aux bières ? Rien à voir avec l’une de ces européennes. Héra. Déesse de l'amour ou je ne sais quoi d'autre. Un sourire naît sur mon visage. Entre le mariage et le premier meurtrier de l’histoire, on était amené à se rencontrer, pas vrai ? Chacun spécialisé dans son domaine, il faut croire... Je l’écoute me dire quels sont ses plans pour la suite et chacun d’eux laisse présumer différents scénarios.  Je me demande lequel elle recherche en venant ici, mais ce ne sont pas mes oignons. " A ton service, Héra. Comme je t’ai dit, je te laisse décider. " finis-je en trempant mes lèvres dans mon verre. J’écoute sa question sur la journée en reposant mon verre. Je détourne le regard un instant avant de le recentrer sur elle. " Pas plus que d’ordinaire. Autrement dit, c’est une sacrée journée de merde. Enfin… ça l’était. " Je ne suis pas du genre dragueur ou romantico-relou, mais il faut se rentre à l’évidence : sa présence me met du baume au cœur. Enfin quelqu’un qui ne me rejette pas juste en me voyant arriver, bien au contraire. Une moue sur mon visage. Je suppose qu’elle veut du détail. " Je vies au jour le jour avec un chien. Un malinois. Duff. Bien souvent je propose mes services en tant qu’agent de sécurité ou même garde du corps. Mon compagnon à quatre pattes aboie et je mords. On fait une sacrée équipe lui et moi. Et toi ? Pourquoi fuir un pays pour atterrir au Red ? " Mes yeux se pose sur ses mains. On apprend beaucoup de choses sur les gens en observant l’état de leurs mains. Travaillent-ils dans un bureau ? Ou sur des chantiers ? Ont-elles l’air douces ? Ou au contraire, sèches et aussi rêches que de papier de verre ? Mon regard reprend le sien. Je suis nul pour lire sur les mains. Putain, je suis même complétement nul pour lire dans un regard tant mon empathie est atrophiée. Suis-je allé trop loin ? " Bah… C’est pas mes oignons laisse tomber. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Sam 29 Juin - 23:46
Put your arm around my neck...
Caïn & Héra

 
« SKIN ON MY SKIN. WHAT A WONDERFUL SIN. TAKE YOUR BREATH. BUT YOU'RE ASKING FOR MORE.  »
C'était une simple boisson australienne. Une boisson qui lui rappelait d'où elle venait, qui la rattachait à ce qu'elle avait quittée en venant à Amsterdam. Sa famille, le surf. Elle ressentait de la nostalgie, bien qu'elle ne regrettait pas ce choix, maintenant qu'elle s'était intégrée dans la vie quotidienne propre à la ville hollandaise. Et puis, elle se souvenait que son père prenait toujours cette boisson. Il y en avait toujours une dans le frigo, et il prenait toujours la même quand il allait au bar avec des amis à lui, des vétérans comme lui, des anciens. Elle était curieuse. Curieuse de connaître ce Caïn. Cet homme qui l'avait attiré quelques minutes plus tôt, jusqu'à le rejoindre et l'épargner de boire seul au comptoir. Une déesse grecque avec le premier meurtrier de l'histoire, selon une autre religion. Ils avaient ça en commun de porter un prénom original. La jeune Australienne n'avait pas connu de Caïn avant lui et lui n'avait sans doute jamais entendu une fille porter le nom du déesse grecque. A peu de choses près, elle aurait pu s'appeler Vénus ou Artémis. Déesses du panthéon gréco-romain. L'homme lui laissait le choix de comment tournerait la soirée. Il y avait des possibilités infinies. La jeune femme en énuméra quelques-unes. Une liste non-exhaustive de tout ce qui pouvait arriver. Elle n'avait pas de plan en tête. Elle était venue naturellement à lui, et le reste serait de même teinte. Même s'il laissait la fille l'aborder comme il le disait, le client, quel qu'il soit, était roi et l'homme aurait le dernier mot. Un sourire se dessina sur ses fines lèvres, posant son regard dans le sien.

- Laissons plutôt le destin décider.

Tenta t'elle avec un petit sourire en coin. Simplement car toutes les mythologies abordaient cette notion de destin, contraire au choix. Bien sûr, il lui laissait le choix. Mais lui aussi avait le choix, avait son propre libre-arbitre. Elle trempe ses lèvres dans son verre, avant d'interroger son interlocuteur, souhaitant en savoir plus sur ce mystérieux client.

- Jusqu'à ce que vous puissiez vous détendre ici ? Où jusqu'à ce qu'une jeune femme vous aborde ?

Demande-elle doucement, ne voulant pas que ses questions passent pour un interrogatoire. Elle aurait bien voulu plus de détail, mais elle ne voulait pas le sortir de sa zone de confort et se montrer trop curieuse en essayant d'être un peu audacieuse. Elle esquisse un sourire à ses mots quand il parle de son chien. Lui mord. Intéressant. Chose qu'elle note dans un coin de sa tête.

- Longue histoire. J'étais au Red avant Amsterdam, en fait. J'avais besoin de m'éloigner, de découvrir autre chose. Et le Red Hell's était une sorte de pont. Mais j'aurais pu partir ailleurs, aux Etats-Unis par exemple...

Elle ne mentait pas, mais elle ne disait pas toute la vérité. Elle ne voulait pas gâcher la soirée en parlant de ses troubles et de la mort de son père. L'homme n'était pas là pour ça. Et elle ne se voyait pas se confier à un inconnu, même si parfois ils sont d'un meilleur soutien. La preuve, avec ses clients qui se confient sur l'oreiller, qui trouvent en la courtisane une oreille attentive, une personne avec de l'empathie qui peut les comprendre, sans les juger.

- Non, c'est normal...Je t'ai posé la question, tu demande aussi...J'ai peut-être une idée. Un petit jeu. Pour apprendre à se connaître et passer la soirée. Je te pose une question. Tu me répond ou tu bois un shot. Et si je ne répond pas à ta question, je te rejoins et bois aussi un shot. Partant ?

Demande-elle en lui adressant un nouveau sourire.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Invité
Page 1 sur 1
Sauter vers: